Login S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha

VTT Ballancourt

Les dernières sorties du club

Sortie "freeride" 3Pignons

Pour voir les images de cette sortie: cliquez ici.


C'était le retour des vacances de ski et, bien que le temps promettait d'être beau (malgré toute l'eau tombée les jours précédents), j'avais décidé de ne pas « forcer ». J'avais aussi en tête mes « souffrances » des sorties précédentes, dont la dernière à l'occasion de la rando du Massif de Fontainebleau à Dammarie les Lys où j'ai fait demi-tour au bout de 10 km, torturé par une gastro déclarée la veille.

Effectivement il faisait beau. 8h05. Vachte !! Ça fait tôt !! Le rendez-vous était à 8h15 mais je suis en avance, et je ne suis pas le seul.
Olivier, Fabrice, Damien, Sylvain, Nath et Luc sont déjà là, très vite rejoints par Julie.
2 parcours sont prévus. Un 33km et un 38km.
Se joignent bientôt à nous Nounours et Jean-Luc, puis Patrick et... (Je sais plus...).
Les filles et Luc ont d'ores et déjà décidés de ne pas tourner avec les autres. Nath a eu l'impression d'être un « boulet » la semaine dernière avec eux (je connais cette sensation...) et ne voulais pas avoir à cavaler derrière tout le temps.
J'ai vite senti que Sylvain n'était pas chaud non plus pour se « flinguer » les jambes et on s'est vite mis d'accord pour les accompagner, imités par Damien et son copain (dont je n'ai pas le nom en tête)

Donc, départ à 7 (Damien, X, Sylvain, Luc, Nath, Julie et moi) pour le parcours de 33 km.
Le temps de le charger sur les GPS et nous voilà partis. Nous suivons l'autre groupe sur le début, et nous nous rendons vitre compte que nous prenons le circuit à l'envers. Pas grave.
Le premier kilomètre n'est pas encourageant, car le chemin est boueux à souhait. Si c'est comme ça tout le long, ça va pas le faire !!
Très vite nous récupérons des chemins plus praticables et décidons même de ne pas suivre pile poil la trace et d'improviser au gré de l'état des chemins et des envies (intuitions...).
Damien n'a pas l'air d'adhérer à cette pratique « free ride », et nous le perdons au bout de 3km (avec son pote) après avoir croisé des gars du club d'Itteville (je crois).
Au moment où nous nous sommes rendus compte qu'ils n'étaient plus là, nous avons pensé à un problème technique et j'ai fait demi-tour pour aller voir. Ne les trouvant pas (et pourtant je suis remonté loin...) j'ai rejoints le groupe pour apprendre qu'il venait d'appeler pour dire qu'ils avaient décidé de suivre la trace. Merci de nous avoir tenus au courant !! C'est ce que l'on appelle une attitude un petit peu cavalière...

Qu'à cela ne tienne. Nous nous retrouvons à 5, mais au moins nous sommes tous d'accords et l'ambiance est bonne.
Ce groupe est en fait très équilibré (pas en termes de potentiel technique, même s'il n'y a eu aucun soucis de ce côté-là tout au long de la sortie, mais en termes de personnalités).
Côté fille, tout le monde connait Nath. Exubérante, grande gueule, râleuse (mais avec le sourire), toujours à l'affût d'une connerie à dire (ou à faire). Si le terrain lui convient et qu'elle ne se sent pas comme un boulet, elle suit sans problème. Bon, ses « intuitions » sur les chemins à prendre laissent à désirer (private joke...) mais elle met de l'ambiance. C'est comme ça qu'on l'aime.

Julie, c'est presque tout l'inverse (pour ce que j'ai pu en apprécier ce dimanche). Elle est calme, réservée (je n'ai pas dit timide), toujours souriante, ne râle jamais (pour l'instant...), est d'accord avec tout ce que l'on propose (attention, je vois déjà les sourires des énervés du slip. Je parle des choix d'itinéraires, et pas d'autre chose !!). Elle se comporte très bien sur le VTT. Elle suit sans rechigner et, même lorsque l'on appui un peu, elle est là. Elle est peut-être un peu « frileuse » sur certaines parties techniques, mais on sent très bien que c'est juste une question de confiance et non pas de capacités. Et puis, elle est tolérante. Parce qu'avec ce qu'on lui a fait vivre lors de cette sortie, elle aurait pu nous envoyer ch....
Luc, tout le monde le connait aussi. Il est cool. Il ne se prend pas la tête. C'est un peu la canne blanche de Nath. Là où elle est, il est. Et s'il n'est pas là, elle le cherche. Si ça se complique, elle envoie Luc devant. Si ça passe, elle passe. S'il se vautre, elle le plaint et descend pour passer à pied. Il est toujours de bonne humeur et ne râle pas. Il suit sans problème et, sur les parties plus techniques, se débrouille comme il peut. Il a d'ailleurs pu, sur une descente, expérimenter la chute dite « en vrac ». Lorsqu'il s'est relevé, il pensait avoir « flingué » son guidon parce qu'il n'arrivait plus à le tourner. La roue avait juste fait demi-tour et il était en butée... Sacré Luc...

Sylvain, c'est un peu le pendant de Julie. Pas d'exubérance, pas de côté extraverti. Par contre, plus (beaucoup...) râleur. Quand il commence à fatiguer ou que ça le saoule, on le sait. Il ne le garde pas pour lui. Techniquement, ras. S'il est en forme, ça dépote...
Moi, ben moi c'est un peu le pendant de Nath. (Je ne vais pas me détailler...).
Donc, groupe très complémentaire.

Sur l'ensemble de la sortie, notre avancée n'avait rien de très cohérent en terme de choix d'itinéraire, mais était juste dictée par des envies instantanées du style « tiens, on prend là, ça a l'air pas mal » ou « le premier chemin à droite/gauche, on le prend ». D'ailleurs, si on regarde notre tracé GPS, ça doit être le bordel (Perso je ne l'ai pas. A force de charger des traces différentes tous les ¼ d'heure, il a pas mal bugué et il me manque plein de bouts...).
Globalement, il faut avouer que le résultat n'était pas mal du tout. On a pu faire des petits singles biens sympas dans une nature toujours aussi magnifique (il est vraiment étonnant de voir comment ce coin garde des couleurs aussi chatoyantes en plein hiver alors que partout ailleurs les couleurs de l'automne ont depuis longtemps disparues et que la boue a envahi nos chemins dominicaux).
Même les filles s'y sont mises (surtout Nath...). On a pu ainsi tester des chemins (sur 200m !!), avant de faire demi-tour parce qu'ils ne menaient nulle part ou que l'on revenait de là d'où l'on venait...

Décidément, le sens de l'orientation n'est pas de série chez la gente féminine....
Et puis il y a eu cette « chasse » à la montée sympa entre moi et Sylvain. On cherchait constamment la petit côte qui nous mènerait  sur des petit single en pleine bruyère, suivis d'une descente technique où Sylvain et moi-même nous régalions. Et nous avons été gâtés.
Les autres n'étaient pas en reste sur les sensations et le plaisir partagé, mais peut-être un petit peu moins sur les descentes... Quoi que, pour Julie, il suffirait de lui redonner un petit peu de confiance en elle et en ses capacités et je suis sûr qu'elle pourrait surprendre et se faire autant plaisir que nous...
Emportés par notre élan, nous nous sommes retrouvés sur un chemin que nous n'aurions jamais dû emprunter (je l'ai appris ce jour-là...), réservé aux marcheurs (marqué bleu).
Mais c'était tellement beau que nous avons bêtement insisté, et c'est là que ça a un petit peu « merdé ».
C'est là aussi que nous avons « perdu » Julie. Pas physiquement, mais au niveau confiance en nous.
En fait, avec Sylvain, nous avons galéré à se sortir du chemin que nous avions pris malgré le fait d'avoir tous les deux un GPS. J'avais beau charger des traces connues, et Sylvain suivre les siennes, nous n'arrivions pas à nous raccrocher à un circuit qui nous aurais permis de prendre le chemin du retour.
Certes, les paysages étaient toujours aussi beaux, mais nous  avons d'un coup moins pris le temps de les apprécier, agacés que nous étions de ne pas réussir à aller là où nous voulions.
Pendant ce temps, les filles et Luc suivaient sans en rajouter (alors qu'ils auraient pu nous pourrir, ils auraient eu raison). Sylvain commençait à bouillonner, parce qu'il fallait absolument qu'il soit à l'heure chez lui, devant aller l'après-midi à France Miniatures. Et tout le monde a déjà vécu cette situation où l'on sait qu'on va se faire « démolir » en rentrant parce que l'on n'est pas à l'heure justement le jour où il fallait l'être. La plupart de nos compagnes ne sont compréhensives que dans la mesure où notre passion ne bouleverse pas ce qu'elles ont prévu. Si l'on reste dans cette « limite », ça va. Si on la dépasse, c'est mort...
La seule solution, qu'elle partage la même passion (voire qu'elle la vive avec nous). Là c'est l'idéal. N'est-ce pas Jeff (Monsieur Tarla, chanceux va !!). Faut juste trouver la bonne...
Enfin, après avoir tournés en rond pendant un bon moment, ce sont eux qui nous ont remis sur la bonne direction.
Julie a récupéré une carte papier auprès d'un groupe de marcheurs et nous a indiqué vers où aller, confirmé par un coureur à pied (que Nath aurait bien voulu accompagner, mais il aurait fallu que l'on fasse disparaitre celle qui l'accompagnait...) et par Luc et son GPS.
Du coup, ce que j'ai dit plus haut sur le sens de l'orientation des filles, je le reprends pleine bouche !! Bien fait pour moi...
Tout à sa joie de nous avoir sorti de cette « petite galère », Julie était même prête à nous suivre en courant en oubliant son VTT. Une vraie sportive !!
Vu l'heure (il se faisait 11h45), retour par la route.

Ben voilà, le foncier que j'attendais !!... Quelques km de bon bitume plus loin et nous étions enfin rentrés (s'il avait fallu que nous rentrions par les chemins, ça n'aurait pas été la même chose).

Et c'est là que Julie a dit, discrètement, mais elle l'a dit «J'ai hésité à prendre ma carte ce matin parce que je me suis dit qu'il y aurait des GPS et je faisais  confiance, mais la prochaine fois, je l'emmène... ».
Et vlan. Ça, c'est dit. Une de plus que l'on déçoit...
Au final, 33 km et presque 650m de D+ (à force de monter à droite à gauche, ça fini par faire du dénivelé), et une bien belle sortie quand même (et Sylvain était à l'heure...).

Pas de gros soucis, à part une crevaison (moi...). De toutes façons, dès que je mets un pneu tubeless neuf à l'arrière, je le crève et je suis obligé de mettre une chambre à air.
J'entends déjà les remarques des moqueurs (et il y en a dans ce club, si, si...). Mais si, j'avais bien mis du liquide préventif. J'ai des témoins. Tout le monde dans le groupe a pu apprécier les giclées blanches que j'ai balancées jusqu'à ce que je sois à plat (sans commentaires....). Si vous aviez vu l'éclat de verre que Sylvain a sorti de mon pneu, vous comprendriez qu'il y avait impossibilité à colmaté l'ouverture (dommage, je n'ai pas pensé à le prendre en photo).

Vivement la semaine prochaine.

Commentaires  

#3 breizhrider 05-03-2014 14:08
+1 Nath, mais je propose que ce soit toi qui nous guide avec la carte :lol: (Julie a fait ses preuves...). On risque de n'être pas rentrés de sitôt... :P

Pas de pb Mario. La prochaine fois je t'invite à les monter :D
Pour ce qui est du lait, je me suis fait avoir sur le prix du litre alors !! :D
#2 nath 04-03-2014 16:06
Ah et bien le voilà notre commentaire tant attendu :-) ....je confirme sortie improvisée ....et pleine de rebondissements ....mais avec un groupe sympa dans la bonne humeur...même à pied..!!!!! Et Julie a raison la prochaine fois on prend la carte... :-*
#1 Mario 04-03-2014 08:22
Bon ok, je vais pas trop insister sur tes pneus tubless. Mais quand même, t'es sûr que ce sont des tubless ? Ou alors ils sont mal montés ou t'as cru les remplir avec du préventif et en fait c'est du lait... Peût être aussi que c'est ton épouse qui justement cherche à ce que tu rentre tard ! Enfin, je dis ça, je dis rien :lol:

Pour poster des messages, vous devez être enregistré sur ce site...