Login S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha

VTT Ballancourt

Les dernières sorties du club

Pourtant, tout avait bien commencé

Les photos de cette sortie: cliquez ici.


Et pourtant, tout avait bien commencé...
Il faisait beau (ça devient une habitude ces derniers temps...) et la pluie qui était tombée vendredi ne devait pas être suffisante pour nous gâcher le plaisir, pour peu que l'on reste globalement « à couvert », c'est-à-dire que l'on évite les longs chemins qui bordent les champs (boue assurée).

Le seul hic du départ fût le nombre de personnes à vouloir se rattacher au groupe des « moyens ».
Quand j'ai vu que le Dédé voulait en être (il avait des restes de douleurs à la main, conséquences de sa figure filmée de la semaine passée), le connaissant, j'ai tout de suite averti que l'on n'y allait pas pour se tirer la bourre. Dédé nous a assuré qu'il venait pour faire une sortie cool...
Qu'à cela ne tienne. Nous sommes donc partis à une bonne vingtaine de « moyens » pour une sortie qui promettait d'être aussi sympathique que les dernières.

De retour parmi nous, Olivier (Geocaching man) a pris le « commandement » et on a tous suivi comme un seul homme.
Autant de vététistes, c'est très dur à gérer et il fallait donc que des sous-groupes se constituent. Comme personne ne se décidait à le faire, la sélection naturelle serait notre juge de paix.J'étais loin de me douter que j'allais en faire les frais...

Passage derrière le stade et attaque directe de notre raidillon préféré pour monter sur la butte. Ce premier passage est théoriquement suffisant pour faire la différence, mais ce coup-ci non.
Ce n'est qu'arrivés en bas de la côte des chiens que Sylvain a décidé de prendre un groupe pour un rythme « moins soutenu » et que nous avons continués de notre côté. C'est là que j'aurais dû faire le bon choix !!

Le temps que Thierry remette sa monture en état de marche et nous voilà repartis vers les Avaux (c'est une destination prisée par ces temps humides car on arrive à trouver des chemins pas trop gras).

Tout doucement le rythme est devenu plus soutenu et surtout nous avons privilégié le technique au foncier (j'en vois déjà qui rigolent parce que c'est un peu ma remarque récurrente ces derniers temps : ne pas faire de foncier pendant la trêve hivernale est une erreur qui favorise les « cramages » lors de la reprise des longues distances techniques).
Un petit passage par le Télégraphe et direction La Padole.

Arrivés sur La Padole, je commençais un peu à tirer la langue et j'ai demandé un peu plus de roulage.
Thierry, lui, en avait pour son compte et a décidé de ne pas poursuivre et de rentrer à son rythme. C'est là aussi qu'Olivier a remarqué ce qui ressemble à une petite fissure au niveau de la fixation inférieure de son amortisseur arrière. Il a donc sagement préféré accompagner Thierry sur le chemin du retour.
Et c'est vraiment là que ça a commencé à déconner. Dédé et un autre (dont je ne connais pas le nom) avec un casque noir et un Lapierre Zesty 514 ont pris le « commandement » et l'allure s'est un petit peu durcie (un peu trop pour moi) et j'ai peu à peu décroché au niveau du GR11 avant de traverser la D83 au-dessus de Videlles. Jusqu'à ce que je perde tout contact avant de rentrer dans les bois. Il y avait un petit chemin le long d'un grillage, un vrai bourbier.

Un peu énervé de voir que personne ne s'inquiétait du fait de voir que je n'étais plus là (et ce n'est pas faute d'avoir gueulé !!), j'ai commencé à faire demi-tour. Et puis sur la D83 j'ai décidé de m'y remettre avec en tête l'idée de les retrouver pour dire ce que je pense....
Chose faite dans les bois ou mon choix de chemin fût le bon puisque je les ai aperçus à un moment et les ai rattrapé (ils avaient visiblement fait une boucle à l'intérieur du bois).
J'ai donc pu déverser ma « colère » et expliquer clairement que la philosophie du club (surtout dans le groupe des moyens) était quand même de faire attention aux autres et d'attendre quand il y en avait un qui avait un coup de mou. J'ai aussi fait remarqué que ça se termine souvent comme ça quand on a des costauds qui ont décidés de lever un peu le pied et de rouler avec nous.

J'avais déjà vécu ça quelques semaines auparavant sur Fontainebleau avec Tarla et ça me gavait que ça recommence. Bon, Tarla avait une bonne excuse, il y avait des tarlouzes en 26' qui lui faisait la nique dans une côte et il n'a pas aimé. Alors, comme souvent dans ces cas-là, ce sont les plus faibles qui trinquent. Et dans le groupe des forts, c'était moi le maillon faible. La nature sait se montrer cruelle parfois.

Bref, une fois rejoints, je me suis aperçu que je n'étais pas le seul à être « cramé » puis qu'au niveau des Roches plusieurs ont décidé de ne pas continuer et de rentrer sur Ballancourt.
Le problème, c'est que le plus court chemin pour rentrer nous a fait passer par « Retolut » où le chemin le long du champ était couvert de boue très très collante....

Ensuite ce fût plus « tranquille ». Le groupe s'arrêtait fréquemment (presque trop....) pour vérifier que chacun était là.
Au global une belle sortie quand même, et un bon coup de gueule. Merde quoi !!

La trace GPS

Pour poster des messages, vous devez être enregistré sur ce site...