Login S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha

VTT Ballancourt

Les dernières escapades...

Pass'portes du soleil 2014 : grandiose !!!

Pour revivre ce week-end en images il faut cliquer là , et en vidéo cliquer ici...


Difficile de relater ce superbe week-end dans les Alpes quand on n'a pas le talent d'un écrivain.
Difficile de trouver les mots justes pour décrire l'émotion que l'on a pu ressentir devant tant de beauté tout en dévalant des pistes de rêve au milieu d'un écrin de rochers et de verdure que seul la montagne peut nous offrir.

Comment exprimer la bonne ambiance que régnait dans le groupe et les moments sportifs et gastronomiques partagés ensemble ? Bien évidemment le mieux est encore de les vivre, mais parfois la vie nous réserve des surprises pas toujours agréables. En 2013, c'était Freddy et moi-même qui avions dû déclarer forfait. Cette année c'est Tarla qui était le grand absent, alors ce petit compte rendu lui est spécialement dédié...

single passeportes

Tout d'abord une brève présentation. Les Passeportes du Soleil est un évènement majeur du calendrier VTT. Il se déroule tous les ans à la fin du mois de juin et comme son nom l'indique, dans le domaine des Passportes entre alpages suisses et français.

Il accueille plus de 6000 participants sur trois jours qui viennent se frotter aux 80km de chemins aptes à toutes les pratiques, du cross-country à la descente ludique voir engagée. Le salon qui se tenait cette année aux Gets, présente plus de quatre vingt dix marques et sont là pour présenter leurs nouveautés.

Trois jours au choix pour randonner, vendredi, samedi ou dimanche et plusieurs villages de départ. Comme l'année précédente, le groupe choisi de rouler samedi avec un départ depuis Morgins situé en Suisse (bien que nous ayons rusé pour partir de Châtel). La grande crainte, comme d'habitude, était du côté de la météo. Je dirai que pour cette partie-là, nous avons eu beaucoup de chance car le temps s'est dégradé au fil du Week-End.

Ceux qui ont randonné vendredi ont bénéficié d'une météo exceptionnelle à contrario de ceux qui ont roulé dimanche sous une pluie incessante et un plafond très bas. Pour les randonneurs du samedi, ce qui fut donc notre cas, nous avons profité en majeur partie d'un soleil qui jouait à cache-cache entre les nuages et quelques gouttes de pluie trop peu nombreuses pour gâcher notre plaisir.

J'ai beaucoup de défauts dont celui d'avoir une très mauvaise mémoire. Un handicap important pour raconter des histoires mais je me souviens vaguement que pour cette 11ème édition des Pass'Portes du Soleil, nous étions neuf « Ballancouillons ».

Dans le désordre il y avait Freddy la tortue (à cause de sa tenue), Olivier (celui qui n'aime pas quand les voisins du dessus font du bruit à minuit), Patrick le royaliste (à cause de son nom), l'autre Patrick (celui qui possède un VITO et peut charger 4 VTT et une tonne de bagages), Fabrice (celui qui possède un DH jaune de 20kg), l'autre Fabrice (président du club trial de Cerny, copain de Tarla et qui était toujours devant), Jérôme (celui qui était toujours derrière Fabrice qui lui-même était toujours devant), Kevin (celui qui doit emballer grave avec sa gueule d'ange et son Audi A1) et enfin votre narrateur amnésique.

photo de groupe

La randonnée se déroulant samedi, nous sommes partis vendredi matin depuis Ballancourt. Patrick ainsi que Jérôme et Kevin étant déjà sur place ou pas très loin.

Les nombreux bouchons après Annemasse et un passage involontaire par la Suisse, nous ont fait perdre un temps précieux. C'est seulement vers 19h00 (je crois) que nous arrivons à Châtel où Patrick nous attends en maillot de bain (ce n'est pas vrai mais j'aime cette idée). Le temps de décharger les deux voitures nous sommes déjà installés en terrasse dégustant une mousse bien fraîche (ça c'est bien vrai). La bonne surprise c'est que Patrick est allé retirer nos plaques à Morgins, la mauvaise surprise, et bien il n'y en a pas...

Le week-end se veut sportif mais également gastronomique et pour ne pas perdre de temps, ce vendredi soir le restaurant de l'hôtel nous prépare une pierrade composée de charcuterie locale et de viandes gouteuses. Le but de toutes ces calories étant bien sûr de prendre du poids pour mieux dévaler les pentes.

Avec la fatigue du voyage et les ventres bien remplis, c'est sans mal que nous trouvons le sommeil.
Les réveils sont calés pour 7h00 du matin afin de profiter au maximum de cette journée, de plus météo France annonce une dégradation en fin d'après-midi. Le petit déjeuner avalé nous enfourchons nos vélos et prenons la direction de la télécabine de Châtel puis le télésiège pour faire la boucle de Torgon.

Il fait légèrement frais mais pas froid et la rosée du matin perle sur l'herbe grasse des pâturages. Après une petite descente, une côte d'environ 150 mètres nous fait face et semble nous lancer un défi. Mon manque d'expérience en montagne va vite me rattraper. Bien que présentant une inclinaison d'environs 25°, dans une région comme la nôtre je l'aurais avalée en moulinant tranquillement, mais ici nous sommes déjà à plus de 1900 mètres et la fatigue se fait tout de suite sentir par le manque d'oxygène. Je crois que même Freddy a mis pied à terre vers à mi-chemin.

En haut de la côte nous empruntons une mono trace qui longe la crête puis descendons par un chemin carrossable tout en lacets vers la vallée. Nous rencontrons un troupeau de vaches et marquons une courte pause le temps de prendre quelques photos souvenir et s'émerveiller comme des enfants devant ces bêtes peu farouches. Arrivés en bas se trouve un premier ravitaillement et prenons une peu de temps pour s'hydrater. Nous remontons ensuite par le télésiège pour redescendre de nouveau vers Châtel.

Dans la descente qui nous ramène à Châtel, pourtant peu caillouteuse, Freddy entaille son pneu et répare avec une chambre à air. Je profite pour changer mes plaquettes arrière dont je n'ai pas pris le temps de remplacer et remarque que mon disque a déjà bien chauffé... Le bleu provoqué par le refroidissement en témoigne.

Arrivés de nouveau à Châtel nous reprenons les cabines mais cette fois-ci pour nous diriger vers Morgins qui se trouve du côté suisse. Nous arrivons au royaume des banques par une petite descente très ludique et un peu humide. Fabrice se lâche et semble se régaler avec son DH qui survole les racines. Après une portion de route la police suisse et française est présente mais nous ignore (difficile de cacher des lingots d'or dans son vélo). Le côté suisse est plus vallonné et le paysage change légèrement.

C'est Fabrice le copain de Tarla qui nous a conseillé de commencer par la Suisse car c'est l'un des endroits les plus beaux. Il faut dire que c'est sa cinquième participation et semble connaitre le domaine par cœur. D'ailleurs il nous servira de guide tout le long de la journée. Souvent nous ne savions pas ou nous nous trouvions exactement. L'air de rien, c'est un confort de ne pas se préoccuper de guider un groupe. S'il est d'accord on veut bien le reprendre l'année prochaine.

DSC04198DSC04280DSC04260

A Champoussin nous marquons un deuxième arrêt pour profiter d'un ravitaillement gargantuesque. Charcuterie, fromage, barres céréales, bière à volonté et autres plats riches en calories remplissent les tables.
L'ambiance est bonne, il n'y a aucun bouchon sur les chemins (le terrain de jeux est vaste), on peut doubler facilement et l'on sent bien tous autant que nous sommes que l'on est là pour profiter de la nature et non rouler la tête dans le guidon.

Avant d'arriver à Crosets, nous prenons une petite piste de DH très ludique tout en virages relevés. Bien que courte et peu technique il faut malgré tout avoir un petit bagage technique et bien doser le freinage si l'on ne veut pas se retrouver la face par terre comme ce participant le nez en sang. Certainement dû à une mauvaise réception après un saut mal contrôlé.

Nous continuons ainsi vers Champéry avant de remonter ensuite vers Avoriaz puis Morzine. Bien évidement il m'est impossible de tout raconter mais notons cette nouvelle portion entre Avoriaz et Morzine à profil très descendant avec ses pif-paf où un orage avait éclaté quelques heures avant notre passage. La concentration était de mise si l'on ne voulait pas croiser un arbre. Bien que très glissante elle reste un bon souvenir de pilotage. Nous marquons une longue pause à Morzine le temps de déguster du chocolat fondu et autres plaisirs sucrés-salés.

Suite à d'autres crevaisons nous avons perdu au moins une bonne heure et ne pouvons continuer vers les Gets. D'après Fabrice cette portion d'une quinzaine de kilomètres est la moins intéressante, nous remontons donc vers Avoriaz pour nous dirigerer ensuite vers les Lindarets par des chemins plus beaux les uns que les autres au milieu de paysages grandioses.

Après les Lindarets nous empruntons une piste tout en virages relevés (certainement une de mes portions préférée) puis une piste de DH classée rouge. Cette dernière n'était pas au programme... En effet au lieu de prendre le télésiège pour nous ramener à Châtel, nous avons pris celui des Rochassons qui nous a ramené en arrière. Il faut prendre une décision très vite car les remontées mécaniques ferment toutes à 18h00 et il est 17h45... Fabrice (celui qui est toujours devant) propose la piste de DH rouge. On se regarde tous un court instant et certains hésitent. Sans trop réfléchir Jérôme emboite les roues de Fabrice suivi de moi-même puis Fabrice au DH jaune et Freddy Je n'ai pas le temps de voir qui vient encore mais je comprends plus tard que les deux Patrick s'y sont lancés également.

C'est incroyable ce que l'on peut accomplir lorsque l'on est en groupe. On dirait que notre courage est démultiplié. Je suis persuadé que seul je n'aurais jamais osé m'y engager. L'adrénaline aidant, toute notre concentration est à son paroxysme et ça descend presque tout seul. A vrai dire il n'y a pas de réel danger, il faut juste rester vigilant, faire attention dans les virages relevés et bien regarder du côté de la sortie pour éviter de passer par-dessus.

La descente est courte mais épuisante. Pas le temps de regarder l'heure alors on roule aussi vite que l'on peut. Arrivés en bas nous ne voyons pas les Patrick et prenons la décision de monter dans le dernier télésiège. Olivier et Kevin sont descendus par un autre chemin (il me semble) et sont arrivés une petite seconde avant la fermeture. Les deux Patrick ne sont pas très contents mais il était quand même dommage que tout le monde rentre par la route alors qu'il y avait encore la dernière portion avant de rejoindre Châtel, et cette dernière n'était pas la moins intéressante...

Ayant pris confiance tout au long de la journée et avec l'euphorie, la dernière portion est faite à un rythme assez soutenu. Les cailloux sont glissants mais avec de la vitesse ça passe tout seul. Il faut juste éviter de regarder les filets rouges qui délimitent un ravin à pic d'une cinquantaine de mètres. C'est avec la banane que nous arrivons tous à Châtel et immortalisons cette fin de journée inoubliable par une photo de groupe au bord du lac.

DSC04250DSC04287DSC04319

Je finirai cet article en remerciant Patrick pour s'être occupé des réservations, de la location des studios et le retrait de nos plaques la veille de la randonnée. Merci à Fabrice Pinies pour nous avoir servi de guide et nous avoir attendu dans les descentes et à Olivier et Patrick Ameline pour le transport.

La trace GPS

Commentaires  

#5 Freddy 04-07-2014 20:12
Merci Mario pour ce magnifique récit.
J'ai encore moins de mémoire que toi, et la lecture de ton article me fait revivre ces moments intenses.

Merci à Patrick qui a négocié les plaques la veille du départ.
Merci à Fabrice pour sa pompe haute pression et pour le coup, haute précieuse (pour info, j'ai déjà rdv avec Neuronebike pour réparer l'amortisseur Rockshox, et j'ai aussi acheté un fox pour le remplacer. bah oui, il y a avait 61% de réduction chez chainreaction).
Merci à tous les caméramen pour la qualité des vidéos.
Et enfin merci à tout le groupe pour l'ambiance. :D
#4 Mario 04-07-2014 17:05
Citation en provenance du commentaire précédent de LucDel :
Ce récit donne vraiment envie d'y aller, mais bon, il va falloir progresser techniquement.

Aucune inquiétude Luc, c'est largement moins difficile que la Valsloppet... La seule condition physique que tu dois avoir c'est une bonne vue pour admirer le paysage :-)
#3 LucDel 04-07-2014 15:18
Ce récit donne vraiment envie d'y aller, mais bon, il va falloir progresser techniquement.
#2 Mario 04-07-2014 08:19
Comme on l'a évoqué, il serait intéressant pour l’année prochaine, de rouler le vendredi. Le nombre de jours à poser restant le même. Statiquement il semblerait que la météo soit plus clémente le vendredi que les autres jours et puis s’il pleut dans la semaine, que l’on soit vendredi, samedi ou dimanche le terrain sera quand même gras… A méditer.

Autrement pour ceux qui ne l’on pas encore fait et qui souhaiteraient tenter l’expérience, il n’est pas nécessaire de disposer d’un VTT typé enduro, sauf si l’on veut faire des sauts de 3 mètres. Un 120mm passe très bien par contre des disques de 180mm à l’arrière est un gage de sécurité et confort dans les descentes.

Dernier point, privilégier des plaquettes céramique (qui chauffent moins) et prévoir 1 jeux de plaquettes dans le sac en cas de temps humide.
+1 #1 Fabulous Fab 04-07-2014 06:26
Merci Mario, des souvenirs comme ceux là, il faut se les graver dans la tête ! :roll:
Fabrice au DH jaune

Pour poster des messages, vous devez être enregistré sur ce site...